Le 30 mars dernier a eu lieu à la CCI de Caen : Une demi journée consacrée à une réflexion positive et constructive autour des multiples opportunités d'emploi des cadres dans les petites entreprises.

La dernière Newsletter

La plaquette de l'ANCRE

La revue de presse


Des projets normands ont trouvé des seniors pour les développer ! En septembre 2015 : 6 seniors sur 8 ont trouvé un emploi grâce à ce dispositif innovant. En savoir plus...

Chômage: "Celui qui n'a pas de travail n'est pas dans la norme"


Plus de 3 millions de chômeurs. La société française est plus que jamais scindée entre privés d'emplois et travailleurs, pointe la sociologue Dominique Méda. Qu'on ne s'y trompe pas, ces derniers sont eux aussi touchés par la hausse du chômage.



L'Entreprise avec AFP, publié le 27/09/2012 à 15:08

 Les Français sont en Europeurope "parmimi les plus attachés à cette valeur ''travail'', aujourd'hui en pénurie", rappelle Dominique Méda, professeur de sociologie à l'université Paris-Dauphine et spécialiste du travail, dans un entretien avec l'AFP. En 2008, 67% des Français déclaraient juger le travail "très important", contre 32,4% des Finlandais et 41,7% des Britanniques. "La France a ainsi un rapport au travail comparable à des pays qui ne lui ressemblent pas beaucoup, des pays pauvres, comme la Lettonie ou la Pologne", souligne-t-elle.

"L'important, c'est le statut"
Comment expliquer cette singularité ? "D'abord par le chômage: dans les pays où il est fort, la valeur accordée au travail est proportionnellement importante", expose la chercheuse.
Deuxième cause, culturelle cette fois, "un intérêt particulier accordé au contenu, à l'ambiance, à l'intérêt intrinsèque du travail, plus qu'extrinsèque (salaire, etc...)". Aux yeux de la sociologue, au fil du temps, notre pays a été gagné par "la logique de l'honneur", "l'idée que l'important, c'est le statut". "Avec mon travail, je dis qui je suis, quel est mon diplôme, mon parcours", résume-t-elle.

Conséquence: un "risque de polarisation réel" de la société française, écartelée entre ceux qui ont un travail et les autres. "Depuis le XIXe siècle, nos sociétés sont fondées sur cette valeur. Le travail est devenu l'activité centrale en dehors de laquelle, socialement, on n'est pas grand chose: celui qui n'a pas de travail n'est pas dans la norme, tout simplement", estime Dominique Méda.

Le travail, tantôt détesté, tantôt pleuré
Selon la chercheuse, "le travail devenant un bien de plus en plus rare, les chômeurs sont beaucoup plus nombreux que les autres à dire qu'il est la condition du bonheur".
Cela n'empêche pas qu'on entretienne avec lui un rapport "ambivalent", tantôt détesté, tantôt pleuré, note-t-elle à l'évocation de l'attachement manifesté par les salariés laissés sur le carreau par les plans sociaux. "Déjà, en 1931, des sociologues avaient montré en étudiant le cas de la ville de Marienthal (Alsace), où de nombreuses usines avaient fermé, que, quand on perd son travail, on ne perd pas que son salaire, mais aussi des rythmes sociaux, des rythmes individuels, des tas de choses", évoque Mme Méda.

Pour autant, de l'autre côté, ceux qui conservent un travail ne sont pas complètement épargnés, relève la sociologue, notant que "plus il y a de chômeurs, plus les conditions de ceux qui sont au travail se dégradent, au sens où les gens sont prêts à prendre n'importe quel emploi".

Les cadres en
emploi ébranlés à leur tour
"Ce qui est nouveau, c'est qu'après les employés et les ouvriers, les cadres sont ébranlés à leur tour. Ils voient leur travail considérablement changer, en raison de la pression du risque de licenciement et des nouvelles méthodes de management. Du coup, on observe une double crise de l'emploi et du contenu du travail", conclut-elle.

Résultat: une "autre polarisation, entre d'un côté des gens qui n'arrêtent pas de travailler et qui n'en peuvent plus, et de l'autre des gens qui n'accèdent pas au travail. Là, il y a un vrai problème", s'alarme Dominique Méda.

Face à ce phénomène, il n'y a que deux choses à faire: soit "mieux partager ce bien rare", soit "s'arranger pour dire qu'il faut donner de l'importance à d'autres activités", estime-t-elle, pointant du doigt le fait que "les Français ont envie de plein d'autres choses, notamment de s'occuper de leur famille".


L'Ancre relance GERE pour les anciens participants en recherche d'activités, qui ont retrouvé-ou pas- une activité depuis la fin de la session. Des temps collectifs sont proposés pour se remettre en dynamique tout en pratiquant de nouvelles méthodes

02 31 82 24 12
ancre-association@orange.fr



La prochaine session Cadres en Recherche d'Emploi débutera le mardi 28 novembre 2017

Inscrivez vous à la nouvelle session Gérer Ensemble sa Recherche d'Emploi

Vous vous interrogez sur votre mobilité professionnelle
Contactez nous pour intégrer la prochaine session


Écoutez les témoignages de quatre participants qui ont suivi une session à l'ANCRE